Potagers de France Notre page Facebook

Château de Saint-Just

www.parcsetjardins.fr/haute_normandie/eure/parc_du_ch_teau_de_saint_just-442.html

Proche de Vernon, ce château datant de 1562, édifié à flanc de coteau, offre de somptueuses vues depuis ses nombreuses terrasses. L’eau est un autre de ses atouts ; dévalant la pente à travers le parc, canalisée par un réseau de très belles goulottes remontant au XVIIIe siècle, elle alimente bassins, cascades, abreuvoir et se faufile dans un potager qui embaume la lavande.

Doté d’une riche histoire, ce domaine est passé en 1884 dans la famille des propriétaires actuels. De multiples terrasses, dont une du XVIe siècle, longue de plusieurs centaines de mètres, permettent de contempler des paysages de rêve. Au XVIIIe , le jardin est aménagé à la française et le parc sillonné par un circuit d’eau vive guidée dans d’étonnantes goulottes, toutes de forme différente ; outre cascades et bassins disséminés, elle abreuve un étang faisant miroir devant la demeure qui s’y reflète romantiquement. De la même époque, datent orangerie, dépendances, lavoir, laiterie, glacière, fabrique et cave extérieure. Au cours du XIXe siècle, le parc est redessiné à l’anglaise.

Créé en 1744, le potager, entouré de terrasses s’étend sur un hectare pentu. Il rassemble quatre grands carrés autour d’un bassin central. Deux sont dédiés à des légumes très divers, y compris des asperges, sagement alignés en compagnie d’herbes, parfois de framboisiers ou autres petits fruits rouges. Les deux autres, distillant un parfum divin, sont réservés à des lavandes plantées en lignes, entre lesquelles jaillissent mille fleurs. Des pommiers en cordon encadrent chaque carré. Ici encore, une goulotte conduit l’eau jusqu’à deux bassins puis s’en va désaltérer une cressonnière en contrebas.

Ce domaine a reçu bien des récompenses : château puis parc classés Monuments historiques et plus tard, label “Jardin remarquable”. En plus d’être restaurateur émérite, le maître des lieux assouvit sa passion d’historien : il se plonge dans des archives publiques, abondantes en témoignage sur Saint Just, et familiales afin de faire revivre le passé de son château. Il lui a même consacré une monographie.