Potagers de France Notre page Facebook

Maison des Champs - Musée Pierre Corneille

www.museepierrecorneille.fr

Près de Rouen, perdu dans un environnement industriel, un îlot de verdure quelque peu surréaliste entoure une ravissante maison à colombages du XVIIe siècle ; elle abrite le musée Pierre Corneille. C’est là qu’enfant, l’auteur passait ses vacances avant d’y revenir plus tard régulièrement écrire au calme. Un verger et un beau potager ont été créés autour où seules ont droit de cité les variétés cultivées au XVIIe siècle.

C’est sur la commune de Petit-Couronne qu’en 1608 le père de Pierre Corneille acheta cette “Maison des Champs”, avec ses prairies et ses vergers d’alors. Il en hérite et y fait de longs séjours avec son frère Thomas. En 1874, le département achète la propriété pour installer un musée dans la maison sans s’intéresser aux abords qui vont rester nus jusqu’au réveil industriel de la ville en 1956. On perçoit, à ce moment-là, l’intérêt de sauvegarder un peu de nature autour du musée et, par souci d’authenticité, de restituer l’ambiance champêtre de jadis. Peu à peu, rosiers, buis et fleurs font leur apparition jusqu’à la création du verger puis du potager en 1994.

Toutefois, ce potager a une particularité : ses légumes, plantes médicinales et aromatiques ou encore ses fruitiers taillés en cordons sont des variétés qui étaient toutes cultivées au XVIIe siècle ; elles seules y agréées. Des carrés ou de grands rectangles entourés de plessis ou de buis accueillent légumineuses et fleurs débordantes de vitalité, nourries à l’engrais organique et abondamment paillées. Une façon aussi jolie qu’instructive d’inciter à découvrir les plantes qui servaient autrefois à l’alimentation ou celles qui guérissaient !

Le musée permet d’entrer dans l’intimité de la famille Corneille sous l’oeil de portraits de l’auteur ou d’admirer des éditions originales de pièces de théâtre. Des expositions sont organisées, des visites du potager commentées et, en vous renseignant, vous pouvez même déguster du pain cuit dans le four du XVIIe siècle, restauré et remis en route une fois l’an.