Potagers de France Notre page Facebook

Arboretum du Château de Neuvic d'Ussel

larboretum-neuvicdussel.com

Parc agricole et paysager

Arboretum, parc agricole et paysager de 6,5 ha labellisé "Jardin Remarquable" et "Arbre Remarquable de France" situé dans un environnement urbain, conçu au début du XIXème autour d’une demeure de granit, typique de la région, construite vers 1830. Il allie paysages romantiques à l'anglaise avec une pièce d'eau bordée d’orgues de verdure, de plantes vivaces et d’une volière de granit. Le relief en vallonnements, prairies et bosquets, permettent de beaux points de vues et perspectives. On accède au belvédère par une triple couronne de buis couronnée d’un tilleul bicentenaire. De très beaux arbres remarquables constituent un des intérêts du site dont un séquoia, l’un des plus gros de France, un tulipier de Virginie, élu arbre de l’année 2015 pour le Limousin, un cyprès de Lawson, cathédrale végétale aux 8 troncs couvrant 300m2 au sol et bien d’autres. Plus de 350 espèces d'arbres ou arbustes d’Europe, Asie, Amérique, certains de collection, sont représentés. Carpes Koî, poissons rouges, cygne, canards sauvages et tortue animent la pièce d'eau. De jolis points de vue sur cette pièce d'eau et la demeure ponctuent la visite au long d’une promenade champêtre dans les 3 km d'allées. Celle-ci vous mènera aux endroits les plus intéressants. La volière de granit et le kiosque en châtaignier du Limousin, situé au point culminant du parc, permettent de se reposer en admirant les vues. La visite se poursuit par un verger et un jardin de curé, ouverts en 2017.

Le verger

Dans les années 1930, situé juste au-dessus de la pièce d’eau, dernier témoin le vieux cerisier près du hêtre pourpre, il a élu domicile plus haut, à la suite de l’agrandissement du domaine par l’achat d’un grand potager bordé de hauts murs et d’un petit jardin clos, blotti contre le chevet de la chapelle St Guillaume. Replanté en 1983, il est en cours de réhabilitation. L’espace a été architecturé en créant des allées le délimitant en un vaste carré. Il est traversé d’allées perpendiculaires et en diagonale à partir d’une rotonde dont le centre est souligné par une vasque fleurie. Dans les triangles ainsi formés sont plantés les arbres fruitiers. Certains ont disparu, d’autres ont une belle ampleur. Les manquants ou sénescents seront remplacés à l’automne par des variétés anciennes de la région. Ce verger sera fermé par une haie bocagère basse sur le côté Nord, les murs au Sud, la limite du parc à l’Est lorsque les houx à feuilles de châtaigniers auront poussé et une clôture à l’Ouest. A l’heure actuelle, pommiers, cerisiers, pruniers, poiriers, noyer et cognassier, s’y épanouissent pèle mêle !

Le jardin de curé

Dans un espace de 350m2 entièrement clos de mur et bien exposé, il a été réalisé en 2011. Dix carrés de légumes le structurent, les angles marqués par des œillets d’Inde dont la vocation est d’éloigner les pucerons, des plates-bandes de fleurs courent le long des murs, un massif de simples et herbes aromatiques longe la chapelle, une auge de granit apporte l’eau nécessaire à l’arrosage.

Un jardin de curé répond souvent à une thématique assez précise : Il est constitué de carrés, entourés de petits buis taillés ou de pavés.

On peut y trouver 8 éléments : Un dessin en croix, une statue de la Vierge ou d’un saint accompagnant la prière du bréviaire du curé, de l’eau pour arroser les plantes, remplir les bénitiers et les vases pour fleurir les autels, baptiser les enfants, procéder aux aspersions lors des célébrations, des fleurs pour décorer l’église, du raisin pour le vin qui servira à la consécration lors des messes, un buis, symbole d’immortalité et pour le dimanche des Rameaux, des légumes et des fruits afin de nourrir le curé et sa gouvernante, des plantes aromatiques et officinales (simples) pour la cuisine et prendre soin des paroissiens. Autrefois, le curé était souvent le médecin du village, soignant âmes et corps.

Ce jardin comporte également une maisonnette abritant la cuisine du curé et sa resserre à outils.Dans la cuisine : Une statue de la Vierge en faïence et une prière à N. Dame de l’Espérance, le fourneau à bois émaillé avec les faitouts pour la soupe, la table mise pour le repas, le bréviaire sur le prie-Dieu, les sabots, les clefs de l’église. Dans la resserre : les outils anciens servant aux jardiniers dans l’ancien temps.

Dans le jardin  sont exposés un épouvantail avec un balai de noisetier, la bicyclette de Mr le curé avec son cadre incurvé à cause de la soutane, vêtement porté autrefois et parfois encore maintenant par les prêtres, la brouette à roue de fer, un angelot tenant des roses à offrir à la Vierge, une auge de granit pour remplir l’arrosoir. Nombre de fleurs ont des noms populaires à signification religieuse : l’hortensia sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus, les roses trémières, quenouilles de la Vierge, les lys de la Madone, les cœurs de Marie, les crocosmias « Lucifer », les digitales, doigts de la Vierge, les alchémilles mollis, manteau de la Vierge, les anémones du Japon, fleurs du Vendredi Saint, la monnaie du Pape, les lychnis, œil du Christ etc.