Potagers de France Notre page Facebook

Les Jardins de Coursiana

jardinsdecoursiana.com

Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, faisant face à la collégiale Saint Pierre de La Romieu, s’étendent les merveilleux Jardins de Coursiana. Véronique est l’âme des Jardins de Coursiana, son style de jardins tend à un juste équilibre entre la maîtrise de l’homme sur la nature et la préservation du caractère sauvage de celle ci : « un jardin doit être une prolongation de la maison puis il doit s’évader vers le paysage avec une découverte du végétal pas à pas. Je préfère les conceptions plus libres avec un jeu de feuillage, de floraison, qui assurent un décor tout au long de la saison. L’émerveillement doit être omniprésent. » Si l’on a la chance de se promener dans le jardin en compagnie de Véronique pour une visite guidée, on est sidéré de découvrir tant d’arbres, d’arbustes, de vivaces si intéressants et si peu connus.

Potager et verger familial
Au pied des pêchers, la courge ‘Butternuts’ déploie ses branches interminable. Les cosmos sont au milieu des artichauts, des poirées à cardes rouges, des vieilles variétés de tomates à la couleur étonnante et au gout exquis. Cet endroit, plein de charme nous entraine dans une balade bucolique avec la découverte de toutes sortes d’arbres fruitiers et de très nombreux légumes. Les branches volubiles des pois et haricots enlacent les supports. Une longue pergola se recouvre de rosiers….
A l’automne, c’est le festival de toutes sortes de courges aux couleurs éclatantes, on en fait même des confitures, goutez !

Jardins de plantes médicinales, aromatiques et à parfum
En 2001 grâce à un partenariat avec Fleurance Nature nait un nouveau Jardin situé juste au dessus d’un chêne pédonculé deux fois centenaire. Le jardin de plantes médicinales est réalisé par Arnaud Delannoy sur 3 niveaux, 3 terrasses, 200m de murs et 4 bassins. Sur chaque terrasse, massifs surélevés par des poutres de chêne. Véronique Delannoy en a assuré la plantation. En haut du jardin, de très belles tonnelles en ferronnerie accueillent une multitude de rosiers grimpants. De ce jardin, vous avez une vue imprenable de la collégiale de La Romieu, une merveille d’architecture du XIVème siècle.
Plus de 400 espèces et variétés végétales à y sont installées dans les parcelles surélevées, à portée de la main, afin que chacun puisse sentir les odeurs, observer la beauté des floraisons, l’utilisation médicinale, et effleurer les feuillages aromatiques. Tous les chemins qui parcourent ce jardin mènent vers le bassin peuplé de papyrus et d’Iris d’eau (iris pseudacorus) entouré de santolines argentées et de véronique arbustive qui forment un décor permanent.. Ce lieu de grande beauté séduira les esthètes mais c’est aussi un endroit didactique qui permet de découvrir de nombreuses espèces bénéfiques pour la santé ou employées en cuisine. Les étiquettes présentent la plante et son utilisation thérapeutique : diurétique, antispasmodique, astringente, adoucissante… On remarque les belles têtes orangées du pavot de Californie (Eschscholzia californica), un hypnotique anxiolytique réparateur du sommeil. On s’arrête aussi devant les feuilles imposantes de la grande aunée (Inula helenium). Cette plante possède un grand rhizome à odeur de banane, c’est un excellent tonique, expectorant et antiseptique. Suit aussi le bouquet de fleurs bleues du lin, les jeunes pousses blanches éclaboussées de rose du « saule crevette » (Salix integra ‘Hakuro nishiki’) l’arbre casse cailloux (Sassafras officinalis) et bien d’autres merveilles. Au toucher, le feuillage des pélargoniums (20sp) et des sauges (35sp) dévoile  ses secrets. Celui de Pelargonium fragrans, variété ‘Prince of Orange ‘ rappelle l’odeur de l’Orange, alors que la variété ‘Lemon Fancy’ dégage une odeur citronnée…Il ne reste plus qu’à venir expérimenter

Jardins à l’anglaise : champêtre et romantique
« l’ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l’imagination » cette citation de Paul Claudel s’applique à merveille à notre univers végétal. Le jardin est en mouvement perpétuel…
Le jardin anglais entoure l’ancienne ferme et son pigeonnier en pierre (entièrement restaurés par Arnaud Delannoy). Sa création a commencé en 1994 et fonctionne à l’instinct au fur et à mesure de l’acquisition des végétaux : exubérant, accueillant aux nouveautés comme aux méconnues. On expérimente sur une terre argilo limoneuse : la boulbène. (Très sèche en été : crevasses et une véritable éponge quand il pleut) pauvre en humus et difficile à travailler, à PH acide. Le résultat est une entente cordiale de graminées, vivaces, rosiers, annuelles, arbustes à feuillages persistants et caducs qui crée des effets de masse variés très séduisants. Les couleurs sont associées de façon harmonieuse. Le visiteur découvre de nombreux recoins romantiques qui invitent à la rêverie. N’oublions pas les parfums comme pour le Sarcococca ruscifolia : feuillage vernissé persistant et floraison blanc crème de janvier à mars au parfum de vanille, les Osmanthus aux parfums capiteux ( 10 espèces et variétés différentes), lonicera fragrantissima, les rosiers…
Un splendide Marronnier de Californie (très rare) planté en 1961 offre une floraison généreuse, le Melia azedarach, Abelia chinensis…Une des clefs de cette réussite est d’avoir su concilier des styles réputés inconciliables : le jardin d’ornement et la collection, ce principe permettant d’accueillir un choix immense de végétaux…A partir du milieu du mois de mai, on assiste à l’explosion de la nature : floraison des 350 rosiers (jusqu’au mois de juin) différents au milieu de toutes sortes de vivaces et d’arbustes, d’autres plantes prennent le relais et chaque saison offre un spectacle réjouissant.
Printemps, été, automne offrent des scènes et des ambiances différentes. Les feuillages s’embrasent en automne avec une lumière plus chaude et douce, mettant en valeur ce petit paradis…

Un Arboretum en héritage
Plus de 700 espèces et variétés d’arbres et arbustes différents provenant des 5 continents dont la collection de tilleuls classée nationale avec plus de 60 espèces. Chaque spécimen est doté d’une étiquette portant le nom de famille, genre, espèce, date de plantation, origine géographique.
Quelques pins parasols imposants (Pinus pinea) trônent en haut de la pelouse qui se déroule tel un tapis vert sur une pente douce. Le lieu est si paisible, comme bercé par la mélodie douce du vent qui fait valser les feuilles. Ici chaque arbre raconte son histoire. En déambulant au sein de l’arboretum, on découvre des collections et de nombreuses espèces rares qui se plaisent sur cette terre, pourtant ingrate : le capricieux arbre à mouchoirs (Davidia involucrata), le parasol chinois (Firmiana platanifolia), l’arbre à frange (Chionanthus virginicus), ou le Xanthoceras sorbifolium…
On y découvre aussi le Zanthoxylum americanum avec ses branches étranges recouvertes de mamelons très épineux, ses graines rouges peuvent servir comme succédané du poivre ou encore un Pterocarya dont la graine fut récupéré dans le jardin de Mao-Tsé-toung !
Et puis les chênes, 35 au total : chêne des marais avec une couronne en forme de pagode, un autre à feuilles de saule (Quercus phellos).
Les massifs d’arbustes d’une grande richesse bordent la propriété de 6 ha : les lilas des Indes (Lagerstroemia indica), les troènes (ligustrum sp.), les seringas (Philadelphus sp.), les rosiers, grenadiers, un Hakea microcarpa. Suivent aussi les noyers, noisetiers, peupliers, saules, frênes, magnolias, liquidambars…
Cette promenade promet « un tour du monde »  des espèces arbustives et arboricoles.